Le Métro – Janis Bouchard

C’est malade quand on y pense. Le nombre de personnes qui utilise ça dans une journée.

Mercredi 7 septembre, 8h A.M

Rosemont: Quand tu descends les escaliers et que tu comptes une centaine de personnes, ça annonce mal le trajet. Le métro arrive, les portes ouvrent. Trois personnes on été capable de rentrer, dont moi, merci à mon corps d’être petit. Les portes ferment. J’ai la joue accoté dans porte, y fait chaud, le monsieur en arrière de moi est collé sur moi(pas l’fun, mais pas déplacé, y’a vraiment pas de place). Une chance que le métro fait du bruit parce qu’au nombre de personnes qu’on est, le silence est insupportable.

Laurier: Les portes ouvrent, devant moi une dizaine de personnes attendent sur le quai. Si je tombe ou je mets un pied à l’extérieur, c’est sûr que l’un d’eux prend ma place en me poussant. Ils me regarde comme si j’étais un petit oiseau qui perd l’équilibre sur sa branche et eux ils sont les gros matous en bas, gueules ouvertes. Personne débarque, personne embarque.

Mont-Royal: Trois personnes débarquent, six embarquent. L’espace manque, mais tout le monde est tellement dans sa bulle. Cinq lisent, dix écoutent de la musique, trois lisent et écoutent de la musique, deux me regardent étrangement parce que je les regarde en souriant.

Sherbrooke: Rien bouge. Jamais rien bouge à Sherbrooke, mais le chinois veston cravate en face de moi a le zip ouvert.

Berri-UQAM: Le tiers descend mais le double embarque. Le monde pue. Ils ont tous la face au neutre. On dirait que le monde dans le métro sont juste une enveloppe, leur esprit les attend à la sortie.

Champ-de-mars: La grosse rousse est drôle, a fait des gaz, PERSONNE dit rien, PERSONNE réagît, même pas une face de «ça pue!». Ça pue.

Place-d’Armes: Y m’en reste juste une! C’est long! JE SUIS TANNÉE. Trente minutes de métro, y fait chaud. Je dois trouver un trajet de bus.

Square-Victoria: Débarque. Tellement de monde, un vrai troupeau d’moutons. Marche, marche, marche, marche, marche, écoute le monsieur qui joue du saxophone, plaisant, marche, marche, les escaliers, monte, monte, la porte, de l’air, enfin, … plus de monde, leur esprit les attend peut-être pas à la sortie.

Ja.

Publicités

Une réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s